29 août 2005

Je te rends ton amour (1999)

45645

Lors de récents sondages auprès de fans (ceux-ci n’ayant pour autant qu’un titre indicatif et rien d’officiel !), le clip favori était « Je te rends ton amour », de François Hanss, éternel assistant de Boutonnat alors passé lui-même réalisateur !

Ce clip marque un retour au gothique des débuts, comme « L’Âme-Stram-Gram » (clip précédent) avait marqué un retour aux longs clips ambitieux … Une période de retour aux sources donc …

Notons également que ce clip sera proprement censuré par le CSA … Mylène ne veut le raccourcir, alors il est censuré … Elle décide donc de sortir

la VHS

du clip et de reverser les fonds à la recherche contre le SIDA … Beau pied de nez …

1-    Lecture analytique

Mais revenons au clip en lui-même, avec tout d’abord le scénario …

Le clip commence par une Mylène sortant d’un tunnel sombre puis parcourant une forêt, un livre sous le bras … Elle porte une robe à dominante rouge et ses cheveux sont classieusement coiffés en chignon … elle semble, à sa gestuelle, aveugle ! Une silhouette tout de noir vêtue la surveille … Mylène pénètre dans l’Eglise vers le confessionnal et parcourt son livre écrit en braille … Elle dépose son alliance sur le livre … Pendant ce temps, la silhouette l’a suivie et plongé ses doigts aux longs ongles dans le bénitier d’où de la fumée s’est alors échappée, comme pour prouver le caractère démoniaque du personnage … Tel un démon, il passe la main au-dessus de 13 bougies (!!!) qui alors s’éteignent … Les prie-Dieu se renversent, les gargouilles restent figées, et deux Christ (sans leur croix !) présents dans l’église, figés, semblent gênés de ne pas pouvoir intervenir …

Sous des traits plus humains, malgré ses yeux aux pupilles de serpent, le « démon » prend la place du prêtre au confessionnal. Du sang coule du poignet du personnage de Mylène, tels les stigmates du Christ, mais aussi à l’intérieur de sa cuisse … Le démon la saisit par le cou et les grilles lui pressent la tête alors qu’elle tente de se débattre … Des statues d’anges tombent et se brisent, des inscriptions gravaient s’effacent … Les images se succèdent, montrant Mylène recroquevillée ou recouverte de sang, ou en plein ébat avec le Malin … Elle est bâillonnée, attachée de bandeaux blancs … Le sang s’écoule du confessionnal, s’éparpillant dans toute l’Eglise … Mylène apparaît même nue et crucifiée à la place du Christ sur la nef …

Et le démon repart, en replongeant les doigts dans le bénitier alors rempli de sang … Mylène marche et se recroqueville dans le sang, elle s’en souille et y dépose son alliance …

Quand elle repart, elle est alors habillée de noir, les cheveux détachés de leur chignon initial … Elle n’est plus aveugle !!!

213457

2-    Pistes de lectures

Ce clip est incontestablement l’un des clips les plus riches, réunissant esthétisme, images chocs et profondeur dans les thèmes abordés … Certes, il renoue le sulfureux triptyque « sang, sexe et religion », mais il est loin d’être pour autant vide de sens … Les symboles sont extraordinairement denses pour un clip …

A)    L’évolution du personnage

Tout d’abord, le sang du début semble bien être celui de la virginité (en parallèle avec la couleur rouge de la robe qui rappelle « Le petit chaperon rouge », parallèle renforcé par la présence maléfique dans les bois …). Il est ensuite celui de la sainteté (les stigmates), et devient finalement celui du dépucelage (le long de la cuisse) puis de la souillure !

Comme dans bon nombre de clips, Mylène apparaît au début pure : elle est tâtonnante, hésitante comme un enfant qui vient de naître, ce dont le tunnel par lequel elle sort semble bel et bien être le symbole … Mais la suite de l’histoire met en scène sa confrontation à la réalité des choses, la parte de l’insouciance et de son aveuglement dont elle fait le deuil avec sa longue robe noire et le retour à la vue … Longue robe noire aussi symbole de l’impureté …

On peut alors noter que ce qui fait basculer toute l’histoire sont les stigmates … Ces stigmates contiennent une double interprétation : ils représentent d’une part le caractère pur d’une personne (comme des saints ayant des stigmates « spontanés »), et en même temps ils représentent la souffrance humaine, tout comme ceux du Christ … Mylène plus tard sera d’ailleurs elle aussi crucifiée … Revenons donc sur les raisons de la crucifixion : le Christ fut arrêté pour avoir été messianique et devenait alors dangereux pour les autorités publiques … Les stigmates sont alors pour les Chrétiens le symbole de la souffrance qu’engage la condition humaine, mais aussi le fait que tout messianisme est voué à être détruit par les dogmes régnant (ici le « messie » fut tué !) … Seul survit le message, comme le rappelle le tunnel du départ qui évoque le mythe de la caverne de Platon, selon lequel on pouvait faire croire à des hommes enfermés dans le noir des objets qui n’étaient que des ombres … Ils voyaient au-delà des apparences …

Le symbole de la pensée dogmatique est alors ici le livre en braille … Il se présent comme un livre sacré, aux significations multiples … Dont par exemple la notion d’interdit : dans la plupart des religions, seules quelques personnes ont accès au savoir … Les yeux de serpent du « démon » sont ceux de la tentation de s’approprier ce savoir qu’elle détient ! Mais Mylène elle-même le lit et sera punie par la suite : une sanction vient punir ce péchés, une loi du grand livre sacré contenant les dogmes a été transgressée et c’est avec violence et dans le sang que Mylène paie sa liberté d’action !

B)    La cécité comme aveuglement

On peut également voir ce clip par la symbolique de la cécité … Comme une description de l’aveuglement que constitue la tentation de se référer à ce que l’on ne comprend pas … Les dogmes enferment mais protègent, et lorsque l’on veut y renoncer (Mylène dépose l’alliance), alors on est balayé (on retrouve le thème de la rébellion vaine car beaucoup trop impulsive !) …

C)    La peur du changement

Il existe aussi une troisième grille de lecture qui est celle du refus de l’ordre établi sur les dogmes qui privent l’individu de ses idéaux et rêves … On revient à l’idée selon laquelle dans toute structure orthodoxe, toute idée de changement (même annoncé !) est synonyme de danger car elle remet en cause l’ordre établi … En préservant les dogmes dont ils sont détenteurs, les garants de l’orthodoxie ont un pouvoir sur leurs congénères !

Dans cette lecture, on retrouve la démonstration de Mylène du refus de tout système dogmatique (le livre) au profit d’un monde plus libre, celui des fantasmes …

312254154

3-    En conclusion

Comme souvent dans l’Univers Farmer, les pistes d’interprétation voire de compréhension sont pour le moins multiples … Ces trois interprétations cependant correspondent à trois lectures possibles qui se regroupent finalement au même thème : Mylène Farmer et son refus des dogmes, ceci pour mieux prôner la part du rêve et de l’imaginaire … On remarque ainsi les barreaux sur son visage (lieu de la pensée) : son esprit est emprisonné par la lecture du livre !

Elle montre ainsi le poids que peuvent constituer les dogmes pour un individu … Certes, personne ne peut évoluer sans voir un certain nombre de croyances, mais ce qui est ici décrit c’est l’étouffement qu’entraînent des croyances imposées.

La censure de cette œuvre est d’ailleurs à double tranchant puisqu’elle pointait du doigt les messages « pervers » véhiculés ici … Alors l’expression personnelle est salutaire mais amène à un rejet … Obéir à des désirs est un vœu respectable mais soumis aux entraves … C’est en substance l’un des messages que transmet Mylène en rappelant que, sans tolérance, les individus s’éloignent …

Posté par Juke Box à 13:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Je te rends ton amour (1999)

    Je l'attendais parce que ce clip me fascine je l'ai d'ailleurs revu plusieurs fois récemment et je n'arrivais pas à comprendre certains messages !!

    Posté par lachicha, 29 août 2005 à 16:00 | | Répondre
  • ça va vachement loin en fait ses engagements au travers de son image ...
    moi devant ce clip à part la voir à poil dans l'eglise javai pas compris grand choz ...
    Merci.

    Posté par tomaok, 28 octobre 2005 à 18:40 | | Répondre
Nouveau commentaire